Newsletter

Accueil du site > Du tac au tac > Crise de 1929. Après 25 ans de carrière bancaire, Henri perd son (...)
aaa

Crise de 1929. Après 25 ans de carrière bancaire, Henri perd son travail

par Jean Bourdariat

mardi 4 novembre 2008 par Jean Bourdariat - Mis à jour le mardi 20 novembre 2012

Ce court texte montre comment une famille parisienne a vécu la crise de 1929. Tous les événements et informations sont authentiques et ont été recueillis de première main auprès d’une personne qui y était directement impliquée.

1931. La crise économique dure déjà depuis deux ans. Elle a un peu tardé en France, mais elle se manifeste maintenant dans toute sa force. A 51 ans, Henri est chef de division au Comptoir d’Escompte, rue Bergère à Paris. Cette banque a été créée à la fin du Premier Empire, et deviendra à la fin du XXème siècle après moult rachats et fusions un grand groupe financier, BNP Paribas. Le Comptoir d’Escompte tient un rôle important depuis le traité de libre-échange signé entre la France et l’Angleterre en 1860. Les comportements y sont feutrés, quasi diplomatiques, ce qui convient parfaitement à la personnalité d’Henri qui aime se trouver entre « gens de bonne compagnie ». Sa position dominante permet à la banque de résister plutôt bien à la crise.

Une carrière bancaire déjà longue

Henri a 25 ans de carrière au Comptoir d’Escompte, interrompue pendant les 4 années qu’il passera dans les tranchées de la première guerre mondiale. Sous-officier, il écrivait à sa famille qu’il obéissait scrupuleusement aux ordres de ses chefs, mais suffisamment lentement pour leur laisser le temps de changer d’avis. Cette fois-là, au Comptoir d’Escompte, il va prendre une décision trop rapide. Son employeur souhaite le muter à Saint-Etienne, mais Gabrielle, son épouse, ne veut pas s’éloigner de sa mère qui habite Pontoise et de ses frères, alors que ses deux filles aînées, toutes jeunes mariées, viennent de lui être enlevées.

Mauvaise décision

Henri démissionne et rejoint une jeune banque, créée en 1922, la Banque Populaire et Commerciale de la banlieue nord de Paris, basée à Saint-Denis, en tant que directeur de section. Très vite Henri s’aperçoit qu’il a rejoint une institution étrangère au monde auquel il a été habitué. Il ne parvient pas à s’adapter. En toute illégalité, son employeur rompt le contrat signé. Henri engage un procès, mais se retrouve sans travail.

Traversée du désert

A cette époque, il n’existe pas de système de protection contre le chômage. Avec la crise économique, les emplois sont rares, surtout pour un quinquagénaire. La situation est d’autant plus difficile qu’Henri s’est endetté auprès d’un notaire pour acheter une maison de campagne dans le village de l’Isère où sont ses racines familiales. Et il n’est pas question pour le notaire qu’une échéance du prêt soit manquée. La petite famille doit se séparer de sa domestique. Henri et Gabrielle s’installent dans une chambre de bonne sous les combles, et sous-louent à une étudiante anglaise leur propre chambre de l’appartement en location de la rue des Filles du Calvaire. Marinette, leur plus grande fille, étudiante en lettres classiques, donne des cours de français, de latin et de grec ; elle remet scrupuleusement à ses parents toutes les sommes qu’elle gagne. Les cousins d’Henri et sa sœur Anne-Marie le dépannent financièrement de temps à autre. Avec le manque de nourriture, Gabrielle semble toute petite et menue, tandis qu’Henri nage dans ses vêtements trop grands. Il arrive parfois qu’Henri revête son frac et descende dignement de sa chambre de bonne, son nœud papillon noué à la perfection par Gabrielle, pour emmener la jeune étudiante anglaise à l’opéra.

La fin de l’épreuve

Mais toute épreuve trouve un jour sa fin. 4 ans après son licenciement, Henri gagne son procès contre son ancien employeur. Toute la famille se réjouit. Henri est si heureux qu’il donne 1000 francs à Marinette en récompense de tous les cours qu’elle a donnés pour aider la famille à vivre. Un bonheur n’arrive jamais seul. Au début de 1935, Henri reçoit une proposition d’emploi de la Société Lyonnaise de Banque pour être le directeur de son établissement de Grenoble, où toute la famille part s’installer. Gabrielle retrouve enfin le moral.

En 1940, Henri a 60 ans. Il est mis à la retraite. Toutefois, il ne perçoit qu’une maigre pension , car il a perdu ses droits à la retraite du Comptoir d’Escompte. Une nouvelle traversée du désert s’ouvre pour la famille, d’autant plus que la seconde guerre mondiale et l’occupation allemande vont rendre les conditions de vie extrêmement précaires. D’autres épreuves attendent Gabrielle et Henri. Ce n’est qu’après la guerre que le gouvernement imposera aux banques un accord rétablissant les droits à la retraite acquis par leurs employés, ce qui leur permettra enfin de vivre dans une petite aisance.