Newsletter

aaa

Le "mauvais" stress

lundi 10 mars 2008 par Jean Bourdariat - Mis à jour le vendredi 16 novembre 2012

Consultez les résultats du très intéressant baromètre du stress des cadres en entreprises (dernière enquête réalisée en mai 2010) ! Cliquez sur Baromètre.

Le « mauvais » stress se distingue du « bon » stress en ce que la réaction qui est demandée à l’individu par son environnement dépasse les ressources personnelles et sociales qu’il peut mobiliser. Tant que ces ressources sont suffisantes, l’individu est « dans le jeu », dans le bon stress. Le mauvais stress se manifeste par l’agitation, la colère et l’anxiété.

Si vous dépassez ponctuellement vos capacités, il vous est assez facile de maîtriser le mauvais stress que vous ressentez. Bien se préparer avant, penser à tout ce qui peut se produire et à tous les détails de ce qui vous est demandé, analyser vos émotions, tout ceci vous apportera le calme pour passer un cap difficile.

Après coup, « débriefer », vous relaxer, vous changer les idées, pratiquer un exercice physique vous permettra de rompre avec la situation limite que vous avez vécue. A noter qu’une disposition personnelle à l’anxiété peut auto-générer du mauvais stress. Les personnes ayant cette prédisposition devront identifier les situations anxiogènes et les éviter chaque fois que possible.

Lorsque les exigences externes vous demandent régulièrement de mobiliser des ressources personnelles excessives ou des ressources externes que vous ne maîtrisez pas, il y a risque pour vous de basculer vers le surmenage. L’étude de l’INRS montre que ces risques psychosociaux sont en augmentation régulière.

Il vous faut alors connaître où vous en êtes sur la courbe de réponse au stress.

Documents joints