Newsletter

Accueil du site > Du tac au tac > La France est le paradis des hommes politiques
aaa

La France est le paradis des hommes politiques

mardi 2 juillet 2013 - Mis à jour le dimanche 26 mai 2013

La France est le paradis des hommes politiques. Ils peuvent postuler à une variété de postes d’élus qui leur permettent de se construire des carrières enviables. Quand ils obtiennent un mandat national, ils n’oublient pas de définir des règles toujours plus à leur avantage.

JPG - 144.8 ko

Les français aiment-ils les politiques ? De nombreux sondages l’affirment, c’est clairement non. Mais les hommes politiques aiment tous la France et les français, qui sont si bons avec eux. Le millefeuilles territorial dont on parle tant ces jours-ci ne mobilise-t-il pas quelque 400.000 élus locaux et 6.000 élus territoriaux, chacun affichant son engagement vertueux dans la défense des intérêts de ses concitoyens. La cerise sur le millefeuilles, c’est le mandat national de député ou de sénateur, dont rêvent les 6.000 élus territoriaux. Les opportunités de se faire élire quelque part sont plus nombreuses dans notre pays que dans tout autre.

Humandee veut mieux vous connaître !
Vous êtes :
Votre domaine d’intérêt :
[Obligatoire] :
Votre tranche d’âge :
MERCI !

Observons notre représentation au niveau national. L’élu français est celui qui représente le moins de citoyens – 68.000 – comparé à ceux de tous les autres pays, à l’exception de l’Italie. Un élu national représentera 75.000 espagnols, 80.000 canadiens, 94.000 anglais, 120.000 allemands, 176.000 japonais, jusqu’à … 570.000 citoyens des Etats-Unis. Que l’on sache, ces pays ne sont pas moins démocratiques que le nôtre.

Ils sont ainsi nombreux les politiques, plus nombreux que dans les autres pays similaires au nôtre, à prendre soin de nous. Il est certain que nous devons trouver des avantages à être ainsi choyés. Nous y gagnons en particulier :
- des déficits annuels systématiques du budget public et de celui de la sécurité sociale depuis plus d’une génération,
- des dépenses publiques qui dépassent la moitié des dépenses totales du pays,
- une dette que les dirigeants de droite et de gauche ont tous fait exploser : la fusée de la dette a décollé avec Giscard d’Estaing, puis a crevé tous les plafonds de Mitterrand à Sarkozy, en passant par Chirac (voir le palmarès des champions de la dette),
- la multiplication par 10 du volume des lois françaises au cours d’une génération,
- des gouvernements qui affirment chacun vouloir engager une guerre impitoyable contre le chômage. Guerre de trente quarante ans, jamais gagnée, deviendra-t-elle une guerre de cent ans ?
- la préservation systématique des intérêts des "initiés" - au premier rang desquels les baby-boomers et les agents du secteur public - au détriment des exclus du système, les personnes « issues de la diversité » et les jeunes, qui devront néanmoins payer les dettes de leurs aînés,
- une compassion de tous les instants, qui fait courir nos gouvernants et nos élus vers nos malheurs quotidiens, qui en limousine, qui en hélicoptère, qui en jet privé, et même en TGV ! Ah que ces voix brisées, ces enrouements, ces larmes esquissées sont émouvants au journal de 20 heures … Quels remarquables comédiens ! Ils ont bien mérité leur élection, qui promeut le meilleur acteur.

L’attention qu’ils nous portent devrait les mener au paradis. Mais non, ils n’ont pas besoin d’y aller, car ils y sont déjà. Là où un député ou un sénateur français reçoit des indemnités mensuelles de 12.000 € (hors frais de secrétariat et de déplacement), l’allemand recevra 11.450 € (mais les élus du Bundesrat, désignés par les länder, ne perçoivent aucune indemnité), le sénateur américain 8.900 € (au cours actuel du dollars), et l’élu de la chambre des communes britannique 8.772 €.

Nos députés et sénateurs pensent aussi à l’avenir, à leur avenir. Les députés et sénateurs doivent-ils cotiser pendant 40 années comme tout français pour obtenir le droit à une retraite pleine ? Non. Moins de 18 ans de cotisations ont longtemps suffit au sénateur. Le député est moins bien loti : il lui faudra cotiser pendant 22,5 années pour avoir une retraite pleine. Pourquoi donc les élus nationaux des autres pays ne viennent-ils pas prendre des exemples chez nous ? L’élu canadien doit cotiser 33 ans, le député du Bundestag allemand devra cotiser 40 ans, le moins bien loti étant l’élu anglais à la chambre des communes, qui devra réussir à se faire élire sans discontinuer sur une période de 50 ans pour avoir sa retraite complète, le pauvre ! Heureusement les manifestations contre la réforme des retraites sont passées et par là et, le dos au mur, les élus nationaux ont dû se résigner piteusement à voter une réforme de leur propre régime de retraite.

On comprend que les candidats à cette sinécure soient nombreux. Encore faut-il avoir le profil et le temps. Le site web de l’Assemblée Nationale clame que la composition de la chambre est représentative de la population française. Rien n’est moins vrai. Une analyse sur l’origine professionnelle des députés de l’actuelle mandature montre que 52 % d’entre eux sont issus du secteur public, 22 % sont médecins ou avocats, 23,5 % viennent de l’industrie et du commerce. Les femmes qui constituent plus de la moitié de la population ne sont représentées que par 20 % d’élues féminines au Sénat et à l’Assemblée. La moyenne d’âge des députés est de 57 ans (elle atteindra 60 ans à la fin de la législature : on comprend qu’à cet âge, ils défendent leurs retraite !). Nous n’évoquerons pas la présence anecdotique de « représentants de la diversité », l’interdiction des statistiques ethniques ne permettant pas de comparatif.

Rien n’est plus facile pour un fonctionnaire que de s’engager dans une campagne électorale. Il la mène en continuant à percevoir son traitement. Lorsqu’il est élu, il se met en disponibilité, et si à la fin d’un premier mandat, les urnes lui sont défavorables, il lui suffit de réintégrer son corps pour percevoir un salaire, même s’il n’a pas encore un travail. Pour les citoyens ordinaires, c’est différent : le travail précède le salaire, et il leur est difficile de trouver du temps pour mener une campagne sans prendre de gros risques professionnels.

Comment les français, si soucieux d’égalité, tolèrent-ils une telle distorsion de la représentativité de leurs élus ? S’agit-il d’un phénomène nouveau ? Pour tenter de répondre à cette question, nous nous sommes tournés vers un des premiers sociologues français, Edmond Demolins, qui dirigeait au XIXème siècle une revue intitulée « La science sociale ». Edmond Demolins a analysé l’origine professionnelle des députés élus de l’année 1897. Le résultat dévoile une incroyable stabilité de la représentation des français à la chambre des députés :
- En 1897, les fonctionnaires et les professions libérales totalisaient 72,8 % des députés.
- En 2007, les agents du secteur public ou parapublic et les professions libérales (médecins et avocats surtout) occupent 73,8 % des sièges de députés.
De leur côtés, les représentants du secteur productif (industrie, commerce, agriculture) qui occupaient 27,2 % des sièges de députés en 1897, en ont toujours 26,2 % 110 ans plus tard !

Cliquez ici pour connaître l’origine professionnelle de votre député.

On ne peut qu’être stupéfait d’une telle glaciation de la représentation démocratique qu’aucun des évènements majeurs du XXème siècle n’est venu bouleverser : deux guerres mondiales, une crise économique majeure, l’avènement et la fin du communisme, la shoah, la fin de la colonisation, la naissance de la société de l’information.

Comme l’affiche sans vergogne François Loncle sur le site de sa ville : "profession : député !" Un métier, une belle carrière, d’innombrables possibilités de cumul pour préparer l’avenir (l’avenir personnel), la reconnaissance sociale, le tout sans engagement de résultat. Le paradis sur terre.

4 Messages de forum

  • re:réponse a cet article

    3 mars 2014 17:00, par sylviefGirard

    Excellent débat débattant sur le sujet. Ce site est également fort plaisant à découvrir

    la e-cigarette

    cigarette electronique abbeville

    cette cigarette electronique information est le objet que les gens usent afin fixer parce que fumer. avis sur e-cigarette tampa bay 33772 diffuse de la fumée d’eau qui ne comprend pas de substances malfaisantes. cette acheter cigarette electronique ego tank subsiste allume avec un accu.

    L’e-cigarette en détails Cette questions sur la cigarette électronique adjoigne beaucoup une incandésance avec de clearomiseur. Ce clearomizer convient une couverte la plus audacieuse de la cigarette electronique oise car c’est la affronte qui l’e-liquide en france. Supposé que vous disputez restreindre de fumer cigarette electronique et de attirer le meilleur bénéfice de votre cigarette electronique oms, il y a contradictoires sites web utilisables pour l’acquisition d’une e-cigarette les avantages aperçus sur ce point un blog de e-cigarette electronic cigarette sont possibles et simplement en plusieurs clics.

    Pas de réponse pour l'instant
  • La France est le paradis des hommes politiques

    5 avril 2013 07:16, par Tchekov
    Ces lignes font frémir, alors que l’article a été publié il y a 5 ans. L’affaire Cahuzac montre à quel point rien n’a changé.
    Pas de réponse pour l'instant
  • La France est le paradis des hommes politiques

    19 janvier 2013 09:57, par SR

    Je viens de lire cette page et je suis choqué par l’inexactitude de l’affirmation suivante "la préservation systématique des intérêts des classes dominantes - au premier rang desquelles les baby-boomers et les agents du secteur public - au détriment des exclus du système, les personnes « issues de la diversité » et les jeunes, qui devront néanmoins payer les dettes de leurs aînés, "

    Il est absolument faux d’affirmer que les fonctionnaires et toute personne travaillant pour le secteur public fassent forcément partie des classes dominantes ! Non seulement le secteur public n’est pas monolithique, car composé de plusieurs fonctions publiques, mais les personnes y travaillant exercent un grand nombre de métiers différents, avec des salaires très variés. Et vous serez ravis d’apprendre qu’en particulier la FPT (Fonction Publique Territoriale) accueille nombre de jeunes et de gens d’origines les plus variées. Je le sais, j’y travaille dans cette FPT. Je vais d’ailleurs exiger de ce pas une promotion, classe dominante oblige.

    1 réponses
    • La France est le paradis des hommes politiques 19 janvier 2013 10:13, par JB

      Comme vous l’avez bien compris, cet article veut montrer l’étendue de la population que constituent ceux qui choisissent la profession "politique", et fait ressortir les avantages qu’ils y trouvent. Son caractère polémique a pu conduire à une affirmation un peu rapide et excessive comme celle que vous relevez. Certainement un employé ou un cadre territorial ne peut pas être rattaché à une classe dite dominante du seul fait de sa fonction.

      L’auteur aurait été plus précis et crédible s’il avait formulé sa phrase ainsi : la préservation systématique des intérêts des "insiders", ceux qui sont dans le système, qu’il oppose à juste titre aux exclus du système, les personnes « issues de la diversité » et les jeunes. Vous conviendrez que c’est un problème majeur de notre système, que de maintenir à l’extérieur une part importante de la population (cf taux de chômage des jeunes).