Newsletter

Accueil du site > Du tac au tac > Automobile. Lumière sur les stratégies d’investissements des constructeurs
aaa

Automobile. Lumière sur les stratégies d’investissements des constructeurs

Par Jean Bourdariat

vendredi 10 juin 2011 - Mis à jour le lundi 19 novembre 2012

Il est dommage que la diffusion par la CGT d’un document sur la compétitivité industrielle stigmatise Peugeot. En effet contrairement à son concurrent Renault, Peugeot a suivi une stratégie "à l’allemande", qui maintient sur le territoire national un part importante de la valeur ajoutée, plutôt que d’en délocaliser l’essentiel au plus près des marchés étrangers.

PDF - 275.8 ko
Consulter le document interne de Peugeot diffusé par la CGT

En comparant Volkswagen et Renault, on s’aperçoit que le groupe allemand réalise 80 % de ses ventes mondiales hors d’Allemagne, contre 70 % pour le français. Malgré une plus forte part de ventes à l’étranger, Volkswagen a moins d’effectif hors d’Allemagne (53%) que Renault (55%) hors de France. Peugeot en a encore moins : 50% de ses effectifs mondiaux sont hors de France [1].

Cinq facteurs fondent une industrie compétitive : le positionnement produits, la R & D qui inclut l’innovation et le développement des savoir-faire, la productivité, le coût du travail, le taux de marge. Trois de ces facteurs sont déterminants pour un positionnement fort à l’exportation : le positionnement produits, la R & D, le taux de marge : les entreprises parviennent ainsi à mener des stratégies de différentiation ou de leadership par les coûts – et à accroître leur part de marché à l’exportation. Les entreprises qui se positionnent sur des produits de haute ou moyenne gamme, sont moins sensibles à la concurrence sur les prix, leur atout est ce qu’on appelle une "compétitivité hors-prix". La recherche et développement, l’innovation, le développement de savoir-faire permettent aux entreprises d’améliorer et différencier leurs produits et de viser à l’excellence de leur processus production en termes de qualité, coût et délai. Dans les pays industrialisés, un taux de marge élevé est en relation avec un excédent élevé des échanges de produits manufacturés. De plus, un taux de marge élevé est un facteur d’attractivité du territoire pour les investissements des entreprises internationales (IDE).

Documents joints

  •  Document (PDF - 275.8 ko)
    Consulter le document interne de Peugeot diffusé par la CGT

Notes

[1] (sources : rapports annuels)