Newsletter

Accueil du site > Du tac au tac > Coupe du monde de l’économie : l’Allemagne bat la France 6 à 0
aaa

Coupe du monde de l’économie : l’Allemagne bat la France 6 à 0

mardi 26 octobre 2010 par Jean Bourdariat - Mis à jour le vendredi 16 novembre 2012

Peut-on comparer en suivant un mode ludique les économies de la France et de l’Allemagne ? Oui, à condition de s’appuyer sur des faits et des chiffres auxquels on peut faire confiance. C’est ce que nous nous risquons à faire dans cet article, en nous appuyant sur l’analyse de données issues des statistiques officielles élaborées par l’OCDE, EUROSTAT, l’INSEE et l’ONU.

JPG - 32.6 ko
France-Allemagne

En France, on croit habituellement que si l’Allemagne est traditionnellement plus vertueuse en économie que la France, les deux économies évoluent en parallèle, de façon similaire. Cette croyance est assez bien vérifiée quand on regarde les données économiques sur 50 ans, grosso modo de la fin des années 1940 jusqu’à l’an 2000. Les produits intérieurs bruts ont progressé à peu près également, le commerce de biens aussi, excédentaire pour l’Allemagne, plutôt déficitaire en général pour la France. La grande différence entre les deux pays sur cette période aura été les dévaluations périodiques du Franc par rapport au Mark, jusqu’à ce que ces dévaluations soient rendues impossibles par le passage à l’Euro.

Mais depuis l’an 2000, les gouvernements allemands (celui – socialiste - de Schröder à l’époque, puis le gouvernement de droite d’Angela Merkel) mènent une politique radicalement différente de la France. L’Allemagne marque une série de buts impressionnante : le gardien de but de notre équipe (le président français …) ne peut que distraire l’opinion publique par des questions hors de propos (la sécurité, les roms, etc.), en regardant passer les tirs à sa droite, à sa gauche, entre ses jambes, par-dessus sa tête. Voyons le déroulement du match.

Le commerce extérieur : 1 à 0. Depuis 2000, l’excédent commercial allemand est passé de 50 milliards d’euros à près de 300 milliards. La France, dont le commerce était en quasi-équilibre, subit un déficit qui approche les 100 milliards.

Le commerce des services : 2 à 0. Point fort traditionnel de la France, la balance françaises des échanges de services s’est dégradée de plus de 4 milliards d’euros depuis 2000. Pendant ce temps, celle de l’Allemagne s’est améliorée de 10 milliards d’euros.

La balance des paiements : 3 à 0. En 2000, la balance des paiements française était excédentaire, et celle de l’Allemagne déficitaire. En 2007, la balance allemande des paiements est devenue excédentaire (7,5 % du PIB), et celle de la France déficitaire (-1,2 % du PIB).

Les investissements des entreprises : 4 à 0. Nos gouvernements invoquent régulièrement la France, terre d’accueil des investisseurs. Il n’en est rien depuis belle lurette. Le stock d’investissement allemands à l’étranger (IDE) est le double de celui de la France, et plus encore pour l’industrie (la balance des IDE industriels allemands est le quadruple de la balance française). Depuis 2000, alors que les grands groupes français produisent de plus en plus à l’étranger, y trouvant de meilleurs profits, les groupes allemands réinvestissent en Allemagne, améliorant ainsi le revenu national et l’emploi en Allemagne.

L’emploi dans l’industrie : 5 à 0. Depuis 30 ans, l’industrie perd entre 5 et 10 % d’emplois de plus en France qu’en Allemagne. Cet écart s’était réduit au cours des années 1990 grâce à la politique française dite « de désinflation compétitive » menée par des gouvernements socialistes. Depuis 2000, cet écart augmente à nouveau et s’accélère avec les gouvernements de droite.

La recherche et le développement : 6 à 0. En 2000, les européens se sont donné l’ambition de faire de l’Union européenne « l’économie la plus compétitive au monde » et de parvenir au plein emploi avant 2010 (sic). Ils ont fixé alors pour la recherche et le développement un objectif de dépenses égal à 3 % du PIB. De 2000 à 2008, les dépenses allemandes de R & D ont progressé de 7,4 %. Celles de la France ont diminué de 6,1 %.

La France est donc battue par 6 à 0 par l’Allemagne à la coupe du monde de l’économie. Il faut croire que nos entraîneurs successifs – N. Sarkozy et avant lui, J. Chirac et Lionel Jospin, sont aussi incompétents en économie que Raymond Domenech en football.

Toutes les données de cet article proviennent d’une étude réalisée sur la base des statistiques officielles publiées par l’INSEE, par l’OCDE, par la CNUCED, par EUROSTAT et par l’OCDE.

Pour en savoir plus et accéder au détail des données et aux analyses correspondantes de cette étude, lire :
- 10 ans de divergence économique entre la France et l’Allemagne
- Les performances économiques comparées de la France et de l’Allemagne.
- Les investissements directs étrangers en France.